Montgeronbourg
AVENUE DE LA REPUBLIQUE
La Ville prévoit en 2018 et 2019, la rénovation du tronçon de l’avenue de la République compris entre la médiathèque et l’hôtel de ville. La   Ville   a   confié   aux   bureaux   d’études   DEGOUY   et   INVARR   l’étude   et   la conduite des travaux (1). Un   rapport   de   75   pages   avait   été   établi   en   2012   par   6   habitants.   Il   établissait un   diagnostic,   listait   les   problèmes   et   proposait   des   solutions   sur   les   avenues République et Jean Jaurès, du Réveil-Matin au marché Saint-Hubert. Il   ne   semble   pas   que   ce   document   ait   été   communiqué   aux   bureaux   d’études lors de la passation de commande. Un   projet   établi   par   DEGOUY   a   donc   été   présenté   en   réunion   publique,   puis dans   le   Montgeron   Mag   de   novembre   2017   et   a   été   exposé   dans   le   hall   de   la mairie. Le   profil   en   travers   du   projet   montre   que   l ’espace   public   est   congestionné par   les   voitures,    celles-ci   occupant   l’essentiel   de   cet   espace,   les   piétons   ont la portion congrue et les cyclistes n’y trouvent pas de place. Selon   la   Ville,   ces   derniers   sont   en   effet   supposés   emprunter   les   mêmes voies   que   les   voitures   du   fait   que   la   vitesse   sera   limitée,   au   désespoir   de quelques   automobilistes,   à   30   km/h.   C’est   un   facteur   de   sécurité   pour   les cyclistes   à   condition   que   cette   limitation   soit   respectée.   Mais   compte   tenu   du trafic   important   de   cette   départementale,   il   est   nécessaire   de   leur   réserver une place à part comme exposé ci-après. En    outre,    les    nouveaux    modes    de    déplacement    (trottinettes    électriques, gyropodes,    hoverboards,    etc.)    sont    interdits    sur    la    chaussée.    Ils    doivent emprunter   les   pistes   et   bandes   cyclables.   Il   semble   qu’à   vitesse   réduite   (en deçà   de   6   km/h),   ils   soient   tolérés   sur   les   trottoirs.   Mais,   dans   le   cas   présent   (voir   le   profil   en   travers),   ce   n’est   pas envisageable   étant   donné   le   relativement   faible   espace   réservé   aux   piétons   eu   égard   à   la   fonction   commerciale   de cette partie de l’avenue. (1) DEGOUY (degouy.net) est le chef de file pour l’étude. C’est un groupe spécialisé dans l’ingénierie des travaux publics, créé en 1986 et disposant de 70 collaborateurs. INVARR (invarr.fr) est le chef de file pour les travaux. C’est un bureau d’études créé en décembre 2014 à Bondoufle (91) avec 2 personnes au départ. Par ailleurs : une   étude   générale   des   circulations   sur   la   Ville   a   enfin    (voir   la   page   «   schéma   des   circulations   douces   »)   été lancée   en   2017   et   confiée   au   bureau   d’études   ITER   ( http://www.iternet.org ).   Le   bon   sens   aurait   voulu   que l’on   attende   les   résultats   de   cette   étude   (prévus   mi   2018)   pour   finaliser   le   projet   de   l’avenue   de   la   République dont les travaux ont commencé en janvier 2018. un   périmètre   d’attente   avait   été   inscrit   au   PLU   2013   et   maintenu   dans   le   PLU   2016,   dans   le   but   de   créer   un véritable   centre-ville   entre   l’avenue   de   la   Vénerie   et   la   rue   d’Eschborn.   Le   bon   sens   aurait   voulu,   ici   aussi, que   l’on   coordonne   les   2   projets,   l’aménagement   de   l’avenue   de   la   République   et   la   création   d’une   amorce de centre-ville entre l’hôtel de ville et la propriété MAGGIO. S ’agissant d’un projet : estimé autour de 5 M€, engendrant une gêne longue et significative pour les commerces, qui impactera la vie quotidienne de nombreux habitants pour les quelques décennies à venir, il ne faut pas faire d’erreur dans sa conception. Des remarques et suggestions ont donc été adressées à la Ville pour tenter d’améliorer le projet. Ainsi : Une   première   lettre   a   été   envoyée   par   courriel   le   28   juillet   2017   aux   3   élus   directement   impliqués   dans   le   projet   de rénovation. Elle traitait de 4 sujets: la   nécessité   de   connaître   les   résultats   de   l’étude   du   schéma   directeur   des   circulations   avant   de   finaliser   le projet de l’avenue, l’absence actuelle de véritable centre-ville, la sécurité des cyclistes, le stationnement. Madame le Maire y a répondu par lettre du 1 er  septembre en confirmant son souhait d’un véritable centre-ville vivant et attractif. Mais cette affirmation n’est en phase, ni avec le profil en travers ci-dessus, ni avec ce qui est constaté par ailleurs (cf. paragraphe «création d’un centre-ville » ci-après). En outre, 2 paragraphes (surlignés) attirent l’attention : Le   deuxième   §   de   la   lettre   où   il   est   dit   que   l’étude   des   circulations   sur   toute   la   Ville   intégrera   les   résultats   de l’étude   sur   l’avenue   de   la   République.   C’est   l’inverse   de   ce   qui   était   demandé   dans   la   lettre   du   28   juillet.   Rien ne   permet   d’affirmer   que   les   choix   faits   avenue   de   la   République   ne   contrarieront   pas   les   résultats   de   l’étude générale   des   circulations.   Et   que   la   mise   en   œuvre   de   cette   dernière   n’entrainera   pas   des   travaux   correctifs sur   l’avenue   de   la   République   et   donc   des   dépenses   qui   auraient   pu   être   évitées   en   procédant   dans   le   bon ordre. L’avant   dernier   §   où   il   apparait   que   la   Ville   considère   comme   normal   de   faire   les   courses   de   proximité   en voiture alors que cela devrait rester exceptionnel. Une lettre  complétant celle du 28 juillet a été envoyée par mail le 5 décembre 2017, avec pour sujets : zone 30 et aménagement cyclable, le stationnement, le périmètre d’attente et la création d’un véritable centre-ville. Aucune réponse. Parallèlement,   une   lettre    concernant   le   déplacement   du   monument   aux   morts   a   été   adressée   à   Madame   le   Maire   le 27   décembre.   Cette   lettre   retrace   le   contexte   historique   dans   lequel   le   monument   a   été   construit   là   où   il   est aujourd’hui   (mars   2018)   et   montre   que   le   nouvel   emplacement   décidé   par   la   Ville   ne   respecte   pas   l’esprit   de   ses concepteurs. Une   dernière   lettre    a   été   envoyée   par   courriel   le   9   février   2018,   suggérant   une   solution   alternative   à   celle   prévue par la Ville pour le déplacement du monument aux morts et faisant le point sur : la création d’un véritable centre ville, le stationnement avec un élément nouveau susceptible de bousculer les certitudes, la zone 30 et l’aménagement cyclable. Aucune réponse à la date de mise à jour de cette page. LA SECURITE DES CYCLISTES Ils   sont   supposés   emprunter   les   mêmes   voies   que   les   voitures   ;   de   ce   fait,   le   projet   ne   respecte   pas   les   dispositions prévues   par   l’article   L.   228-2   du   code   de   l’environnement   en   ne   prévoyant   pas   un   aménagement   cyclable   (article 20 de la loi LAURE du 30 décembre 1996, maintenant codifié dans cet article). L228-2   :   A   l’occasion   des   réalisations   ou   des   rénovations   des   voies   urbaines,   à   l’exception   des   autoroutes et   voies   rapides,   doivent   être   mis   au   point   des   itinéraires   cyclables   pourvus   d’aménagements   sous   forme de   pistes,   marquages   au   sol   ou   couloirs   indépendants,   en   fonction   des   besoins   et   contraintes   de   la circulation. Quelques   municipalités   avaient   profité   du   flou   juridique   introduit   par   «   en   fonction   des   besoins   et   contraintes   de   la circulation » pour ne rien faire. La cour d’appel administrative de Valence, en 2003, précise l’interprétation juridique de cette formulation : Le choix de la solution (bande cyclable, piste cyclable, couloir mixte bus+vélo, piste cyclable sur trottoir, contre-sens cyclable, aménagement d’une rue parallèle...) dépendra des contraintes de la circulation (sous-entendu automobile...), mais des itinéraires cyclables doivent être aménagés. La Ville affirme que la limitation à 30 km/h suffit. Mais : d’une part, en supposant même que cette limitation soit respectée, des cyclistes inexpérimentés se sentiront en insécurité, d’autre part, un graphique de CEREMA (reproduit dans la lettre du 5 décembre) montre que, à partir de 8.000 véhicules/jour (ce qui est le cas ici) un aménagement cyclable spécifique est recommandé. CREATION D’UN CENTRE-VILLE  (voir aussi la page «Modification du PLU 2016») Le   PLU   2013   avait   prévu   un   périmètre   d’attente   dans   le   rectangle   av.   République   /   rue Aristide   Briand   /   av.   Vénerie /   rue   d’Eschborn   englobant   donc   les   terrains   de   l’Hôtel   de   Ville,   de   Super   U,   d’une   congrégation   religieuse   et   la propriété   Maggio,   dans   le   but   de   permettre   à   cet   «ilôt»   d’exercer   sa   fonction   de   centralité   et   de   disposer   du   temps nécessaire pour bâtir un projet sur cet ensemble. Ce périmètre d’attente a été maintenu dans le PLU 2016. Mais   aucun   projet   global   n’a   été   établi   alors   que   ce   périmètre   d’attente   qui   «gèle»   pendant   5   ans   les   terrains concernés sera caduc en mai 2018. Quelques   habitants   avaient   imaginé   sur   le   seul   terrain   de   Super   U,   un   parking   en   sous-sol   ou,   afin   d’étre   plus accueillant,   au   niveau   de   l’avenue   de   la   République   (il   serait   donc   semi-enterré   compte   tenu   de   la   déclivité   du terrain),   la   surface   commerciale   au-dessus,   et   encore   au-dessus,   des   appartements,   en   partant   du   constat   que stériliser   une   telle   surface   foncière   pour   parquer   des   voitures,   n’est   pas   le   meilleur   moyen   pour   créer   un   centre-ville vivant et attractif. Au 2ème semestre 2017 : la   Ville   présente   le   projet   d’un   promoteur   immobilier,   en   l’occurence   une   résidence   pour   seniors   sur   la propriété Maggio (+ 1/3 du terrain de la congrégation) soit le quart environ de la surface du rectangle, parallèlement, elle modifie le PLU approuvé en novembre 2016, afin de permettre la réalisation de ce projet : o un emplacement réservé qui impactait le plan masse du projet d’immeuble, est supprimé, o le   périmètre   d’attente   est   réduit   à   la   surface   de   Super   U   +   un   tiers   du   terrain   de   la   congrégation   (Super   U l’aurait   acquis),   condamnant   de   fait   tout   projet   global,   projet   qui   aurait   pu   être   intégré   au   projet   de rénovation de cette partie de l’avenue. Page   4   de   la   note   de   présentation   du   projet   de   modification   du   PLU,   on   peut   lire   cette   phrase   stupéfiante,   au   sujet du découpage et de la réduction du périmètre d’attente : Toutefois,   cette   situation   n’est   pas   pénalisante   puisqu’il   apparaît   clairement   que   les   différents   sous-secteurs peuvent être réaménagés de façon séparée sans nuire à la cohérence d’ensemble à terme.   Comment affirmer cela sans avoir établi un projet d’ensemble ? C’est la négation même de l’urbanisme. Et le risque est grand de rendre difficile la création d’un véritable centre-ville à horizon visible. Deux questions se posent : 1-   Pourquoi   avoir   maintenu   le   périmètre   d’attente   uniquement   sur   Super   U   alors   que   celui-ci   parait   impatient   de réaliser   des   travaux   ?   Une   lettre   de   l’exploitant   de   Super   U   en   date   du   11   septembre   2017   demandait   en   effet   la levée   anticipée   de   ce   périmètre   pour   leur   permettre   une   extension   de   100   m²   du   batiment   et   une   modification   de   la façade   à   la   demande   …   «   des   équipes   municipales   de   Montgeron».   Cette   lettre   est   consultable   dans   le   registre d’enquête publique relatif à la modification du PLU 2016 (enquête du 6 septembre au 7 octobre 2017). 2-   Quand   l’idée   de   réaménager   entièrement   le   terrain   occupé   par   Super   U   est   exposée   à   la   Ville,   pourquoi   celle-ci, au   lieu   de   discuter   de   cette   proposition,   sous-entend   que   ce   ne   sera   pas   possible   en   écrivant   que   les   grandes surfaces   «   revoient   à   la   baisse   leurs   possibilités   d’investissements»,   alors   que   Super   U,   dans   la   lettre   du   11 septembre   déjà   citée,   envisage   «un   réaménagement   ultérieur   de   plus   grande   envergure»   que   l’extension   de   100 m² ?   LE STATIONNEMENT Les habitants sont divisés sur ce sujet. La   suppression   du   stationnement   latéral   permettrait   de   disposer   de   trottoirs   réellement   accueillants   pour   les piétons,   leur   permettant   de   flaner,   de   consommer   et   probablement   de   compenser   l’effet   dissuassif   pour   certains clients   des   commerces   de   l’absence   de   stationnement   juste   devant,   sachant   qu’un   parking   public   est   toujours disponible à moins de 150 mètres. Cette idée est loin d’être partagée. Elle s’appuie cependant : sur   un   document   CEREMA   intitulé   «Commerces   et   zones   à   priorité   piétonne»   publié   le   13   novembre   2014   et accessible à la page :   https://www.cerema.fr/fr/system/files/documents/2017/06/06-UVT-ZdRIdF-commerces.pdf Ci-dessous, la page de garde : sur   un   rapport   du   GART.   Le   GART   est   une   association   d’élus   locaux   de   toutes   sensibilités   et   de   toute   la France.   Il   a   publié   un   rapport    en   septembre   2015,   intitulé   «Mobilité   et   villes   moyennes.   Etat   des   lieux   et perspectives»  avec des phrases chocs telle que : Associer   la   vitalité   des   commerces   à   la   capacité   d’y   accéder   en   voiture   est   une   idée   reçue   dont   le   moins que    l’on    puisse    dire    est    qu’elle    a    la    vie    dure.    Celle-ci    ne    résiste    pas    à    l’épreuve    des    faits.    Les consommateurs   des   commerces   de   centre-ville   viennent   majoritairement   faire   leurs   achats   à   pied   ou   à vélo   Pour   ce   rapport,   les   villes   moyennes   ont   entre   50.000   et   200.000   habitants.   Montgeron   n’entre   pas   dans   cette catégorie,   sauf   si   l’on   considère   l’agglomération   constituée   avec   les   communes   environnantes.   Il   fut   un   temps   beaucoup d’habitants des communes voisines venaient faire leurs courses à Montgeron. Quoiqu’il   en   soit,   dans   le   cas   de   ce   tronçon   de   l’avenue   de   la   République,   la   suppression   du   stationnement   latéral en   surface   ne   signifie   pas   la   suppression   de   toute   possibilté   de   stationner   à   proximité   des   commerces,   mais   un report   du   stationnement   en   sous-sol   ou   en   semi   enterré,   dans   un   parking   accueillant   et   sécurisé   afin   de   dégager des surfaces pour un usage plus valorisant. RESEAU CYCLABLE STRUCTURANT REGIONAL . Aujourd’hui,   il   existe   un   aménagement   cyclable   avenue   de   la   République,   au   sud   de   la   rue   du   Général   Lelong   et   un autre avenue Jean Jaurès, à partir du bas de l’avenue de la République. Et rien entre les deux. C’est   ce   que   montre   une   carte   récemment   éditée   par   l’IAURIF   qui   fait   apparaîre   ainsi   une   coupure   entre   le   nord   et le sud du réseau. Le   schéma   cyclable   que   présentera   ITER,   au   terme   de   l’étude   du   schéma   directeur   des   circulations,   devra nécessairement prévoir le tracé du réseau régional dans Montgeron. Si   la   solution   retenue   est   de   relier   les   2   aménagements   cyclables   cités   ci-dessus   par   l’avenue   de   la   République,   il faudra reprendre tout ou partie des travaux déjà faits.
· · · ·
 page créée le 7 août 2017, dernière actualisation : 29 juillet 2018