Montgeronbourg
PLU 2013
·  
dernière actuallisation : 2 août 2018 PETIT HISTORIQUE Le   17   septembre   2009 ,   le   conseil   municipal   décide   d’élaborer   un   PLU (plan local d’urbanisme). La    Ville    a    demandé    au    bureau    d’études    CODRA    ( http://www.codra- conseil.com/ ) de l assister. Celui-ci    a    présenté    lors    de    la    réunion    publique    du    7    avril    2011,    un document    explicatif   sur   le   contenu   du   futur   PLU   et   sur   la   démarche entreprise. Par   ailleurs,    quelques   élus   ont   demandé   à   un   groupe   d’habitants   de préparer   des   rapports   sur   la   circulation   des   piétons,   la   circulation   des cyclistes   et   sur   l’avenue   de   la   République.   Les   rapports    ont   été   rendus mi 2012. Ces 3 rapports mettent clairement en évidence les insuffisances et les dysfonctionnements et proposent des solutions. D ’avril    à    novembre    2011,    élaboration    du    PADD    (Projet    ou    Plan d’aménagement   et   de   développement   durable).   Ce   document   est   (ou devrait   être)   le   projet   de   Ville   pour   les   15   à   20   ans   à   venir.   Il   fixe   les grandes   orientations   et   sert   de   base   à   l’élaboration   du   PLU   dont   il   fait partie. Malheureusement,   c’est   un   catalogue   de   bonnes   intentions   dont,   en   ce qui   concerne   les   chemins   piétonniers   et   les   pistes   cyclables,   on   ne trouve pas la traduction dans les autres parties du PLU. Dans    l ’intention    louable    de    recueillir    les    avis    et    les    aspirations    des habitants,   u n   sondage   à   été   commandé   à   BVA.   Celui-ci   a   envoyé   en   juin 2011,    un    questionnaire    à    tous    les    foyers    de    Montgeron.    Sur    1156 questionnaires retournés (sur 10.200 envoyés), les résultats sont :
-   91%   considèrent   comme   prioritaire   ou   important   de   favoriser   les déplacements des PMR -    86%    considèrent    comme    prioritaire    ou    important    d’améliorer l’accès à la gare -   77%   considèrent   comme   prioritaire   ou   important   de   développer   les déplacements à pied et à vélo. Un projet de PADD  a été présenté en réunion publique le 3 novembre 2011. Le   28   septembre   2012 ,   un   projet   de   PLU   élaboré   avec   CODRA   est   arrêté   par   le   conseil   municipal.   Ce projet   comprend   les   documents   suivants   (documents   prévus   par   la   loi   instituant   les   PLU)   :   PADD , rapport de présentation , réglement , plan de zonage D’octobre   2012   à   janvier   2013 ,   les   institutions   (Etat,   Région,   Département,   communes   voisines,   SYAGE,   etc.) sont appelées à donne leur avis sur ce projet de PLU. Le   SYAGE   a   émis   de   sérieuses   réserves   ( ici )   concernant   le   respect   des   préconisations   du   SAGE   de   l’Yerres,   au sujet   du   lit   majeur   de   ce   cours   d’eau   (cf.   dans   sa   lettre   le   §   «Compatibilité   avec   le   SAGE   de   l’Yerres»).   Le   Préfet ( ici)  est allé dans le même sens. Du   12   février   au   16   mars   2013,   le   projet   de   PLU,   accompagné   des   avis   des   personnes   publiques,   a   été   mis   à enquête. ENQUÊTE PUBLIQUE Pendant    cette    période,    160    observations    émanant    de    particuliers    et    d’associations    ont    été    remises    au commissaire-enquêteur (CE) dont 18 avis favorables, parfois lapidaires. Les   problèmes   de   circulation   (piétons,   cyclistes,   voitures)   et   les   problèmes   du   quartier   de   la   gare   sont   abordés dans un quart de ces 160 observations. Les   autres   grands   sujets   abordés   sont   La   Pelouse,   le   stationnement   et   les   places   de   parking,   la   densification,   la hauteur des constructions et la transition entre quartiers pavillonnaires et nouvelles zones d’immeubles. Parmi ces 160 observations : La n°20 de l’association « Préservons Montgeron », dossier de 11 pages, La   n°53   de   Jacques   Depardieu   concerne   notamment   les   infrastructures   et   les   chemins   piétonniers   ( lettre   du   4 mars ), La n°80 bis de l’association Pelouse et Environnement (dossier) La   n°104   de   Pierre   Ogier,   du   10   mars,   dossier   de   17   pages,   concernant   l’ensemble   du   PLU   et   notamment   la circulation et la place de la gare, La n°106 du collectif de défense des usagers du quartier de la gare, dossier de 36 pages, signé par 23 habitants La n°108 de l’association Pelouse et Environnement (dossier) La n°110 de Jacques Depardieu, suite de la n°53 ( lettre du 12 mars ), La    n°    114    de    Madame    Christiane    Sabater    ( lettre    du    12    mars )    concernant    principalement    l’avenue    de    la République La n°123 de M. et Mme Dudouit concernant le logement et les transports ( lettre du 15 mars ), La n°146 de Nicole Carcone concernant notamment la gare et le plan de déplacement urbain ( lettre du 16 mars ) La n°147 de Gérald Heulluy concernant notamment le zonage et le règlement (dossier de 25 pages) La n°148 de l’association Montgeron Environnement (2 dossiers, un de 64 pages et un de 35 pages) La n° 151 de Pierre Ogier (dossier de 20 pages). Le   CE   a   résumé   les   observations   du   public   dans   un   document   remis   à   la   Ville   le   25   mars.   Il   a   repris   ce   résumé   et les   réponses   de   la   Ville   aux   dites   observations   dans   un   document   de   38   pages   intitulé   synthèse   des   observations du    public .    Contrairement    à    ce    qu’il    écrit,    page    2,    moins    de    10    observations    (sur    les    160)    proviennent d’associations. Puis,   dans   un   document   en   date   du   25   avril   2013,   intitulé   «   Réponse   aux   observations»   (de   la   n°1   à   la   121,   ici   et la   suite,   ),   le   CE   a   répondu   à   chacune   des   160   observations   en   reprenant   parfois   mot   pour   mot   la   réponse   de   la Ville,   même   dans   le   cas   où   celle-ci   est   inacceptable.   C’est   le   cas   des   n°   53   et   110   pour   lesquelles   les   réponses du CE et les réponses de la Ville sont analysées dans le recours contentieux du 2 septembre 2013 . Enfin, il a fait part de ses conclusions dans un rapport d enquête daté du 25 avril 2013 (signé le 19 avril). La position générale de la Ville sur les sujets abordés ici est analysée dans la page « Etat des lieux ». Le    30    mai    2013 ,    le    conseil    municipal    a    approuvé    le    projet    de    PLU    :    PADD ,   rapport   de   présentation , réglement , plan de zonage Finalement,   concernant   les   sujets   abordés   dans   ce   site,   il   a   été   très   peu   tenu   compte   des   résultats   du   sondage,
Sur   cet   extrait   du   plan   de   zonage   du   PLU   2013,   2   zones   d’immeubles   apparaissent   (elles   n’existaient   pas   dans   le POS) : UAc   qui   recouvre,   outre   les   immeubles   existants   face   à   la   gare,   2   zones   pavillonnaires   de   part   et   d’autre   de   la place Piette (place de la gare). Hauteur maximum au faitage : 12 mètres pour les nouvelles constructions, UDb   entre   les   parkings   Foch   (zone   UL)   et   les   voies   ferrées   (zone   UF).   Hauteur   maximum   au   faitage   :   14 mètres. On   remarque   un   tireté   bleu   qui   part   de   l’angle   supérieur   gauche   du   plan,   suit   la   rue   du   Moulin   de   Senlis,   puis   la rue de Concy pour rejoindre l’angle inférieur droit. C’est la limite de la zone inondable. Le    collectif   de   défense   des   habitants   et   usagers   du   quartier   de   la   Gare,   dans   son   dossier   remis   au   CE,   analyse   en détail les problèmes soulevés par la création de la zone UAc. Le   SDRIF   prévoit   de   densifier   dans   un   rayon   de   1.000   m   autour   des   gares.   Il   ne   dit   pas   pour   autant   de   construire le   long   des   voies   ferrées   en   zone   de   bruit.   Au   contraire,   puisque   les   zones   de   bruit   doivent   être   identifiées   dans les PLU. La   création   de   ces   2   zones   est   donc   inexplicable ,   particulièrement   la   zone   UDb   pour   moitié   en   zone   inondable   et pour   l’autre   moitié   en   zone   de   bruit   intense,   d’autant   que,   dans   le   même   temps,   le   PLU   ne   prévoit   rien   pour résoudre   les   dysfonctionnements   du   quartier   de   la   gare,   ni   pour   créer   un   véritable   pôle   multimodal,   ni   pour   les accès tous modes confondus à ce pôle. On   peut   lire   une   tentative   de   justification   dans   un   document   de   novembre   2012   édité   par   la   direction   de   la communication   de   la   mairie   et   intitulé   «PLU,   Mode   d’emploi»      «Des   quartiers   en   devenir,   le   quartier   du   Réveil- Matin et le quartier de la gare» : « Dans   le   cadre   du   …   SDRIF   …   ,   la   ville   doit   permettre   la   réalisation   de   logements   autour   de   la   gare.   Aussi,   un   secteur   a   été spécifiquement   créé. Afin   de   conjuguer   au   mieux   ces   obligations   au   bien-être   des   habitants,   seul   le   bas   de   l’avenue   du   Général Leclerc    a    été    identifié.    Un    quartier    actuellement    peu    vivant    qui    demain    offrira    plus    de    services    grâce    à    la    présence    de commerces de proximité ». En s’appuyant - à tort - sur le SDRIF et le bien-être des habitants, cette rédaction est trompeuse : comme déjà indiqué, il n’est pas écrit dans le SDRIF qu’il faille construire des « logements autour de la gare » par   contre,   il   est   écrit,   page   54   du   projet   de   PDUIF   sur   lequel   a   Ville   venait   de   donner   2   mois   auparavant,   un avis   favorable    (le   28   septembre   2012)   :   « faciliter   les   cheminements   à   pied   et   à   vélo   pour   accéder   au   pôle   [la gare], et faciliter l’accès en bus grâce à une voirie adaptée » En   2012,   l’accès   à   la   gare   n’était   pas   toujours   aisé   (il   ne   l’est   pas   davantage   en   2017)   et   rien   n’a   été   prévu   au PLU,   dont   c’est   pourtant   un   des   rôles,   pour   l’améliorer.   Et   la   construction   d’immeubles   à   proximité   de   la   gare   ne   va pas rendre l’accès plus aisé. Le   PLU   a   été   approuvé   le   30   mai   2013.   Pourtant,   des   promoteurs   s’intéressaient   déjà   à   ce   quartier   en   2012 comme le montre : la lettre   de bouwfonds-marignan du 7 décembre 2012, un   permis   de   construire   pour   45   logements   accordé   au   promoteur   CODOPROM   le   3   décembre   2012,   au nord-est    de    la    zone    UDb,    à    l’emplacement    des    2    lignes    de    garages.    Le    Préfet    avait    émis    un    avis défavorable,   mais   après   l’octroi   du   permis.   Un   des   motifs   était   que   le   projet   était   situé   en   zone   ciel   et   en zone    saumon    du    Plan    de    Prévention    des    Risques    Naturels    d’Inondation    (PPRI)    de    l’Yerres.    Face    à l’opposition des habitants du quartier, ce promoteur a abandonné. RECOURS GRACIEUX Trois recours gracieux ont donc été adressés à la mairie : recours   gracieux   de   Jacques   Depardieu   du   26   juin   2013   avec   comme   motif,   la   non   compatibilité   avec   le PDUIF 2000 . La Ville a répondu le 9 juillet 2013 ( ici ) recours gracieux de Pierre Ogier du 27 juin 2013 concernant essentiellement : o l’incompatibilité   du   PLU   avec   le   SAGE   (Schéma   d’aménagement   et   de   gestion   des   eaux)   de   la   vallée   de l’Yerres, o l’absence de plan de circulation, recours gracieux de l’association Montgeron Environnement du 30 juillet 2013 avec 4 griefs incompatibilité avec le SDRIF en vigueur (approuvé en 1994), incompatibilité avec le PDUIF 2000, non respect du SAGE (schéma d’aménagemen et de gestion des eaux) de l’Yerres, non respect du PPRI (plan de prévention des risques d’inondation) de l’Yerres La mairie a rejeté ces 3 recours gracieux. RECOURS CONTENTIEUX Trois recours contentieux ont été engagés, sans avocat. : recours contentieux de Jacques Depardieu du 2 septembre 2013 comprenant : le recours lui-même l’annexe 1  : extrait de la délibération du Conseil municipal du 30 mai 2013 approuvant le PLU l’annexe 2   : extraits du résumé du PDUIF 2000 l’annexe 3   : page 27 du PDUIF 2000 l’annexe 4   : « La rue pour tous », extraits des pages 132 et 138 du PDUIF 2000 l’annexe 7 : extraits de la synthèse des observations du public.        recours contentieux de Pierre Ogier et de plusieurs habitants de la rue du Moulin de Senlis recours contentieux de l’association Montgeron Environnement  du 8 octobre 2013. La    Ville,    malgré    la    présence    d’un     service    juridique    au    sein    de    la    mairie,    a    répondu    à    ces    3    recours    par l’intermédiaire de son avocat. Son mémoire en défense du 3 décembre 2013 ( ici )  concerne le premier recours. Ces 3 recours ont été audiencés le 10 juin 2016. Le   Tribunal   administratif   de   Versailles   a   rejeté   ces   3   recours   lors   de   la   lecture   le   24   juin   en   séance   publique   des   3 jugements. Ici le jugement concernant le premier recours. ANALYSE DE CE JUGEMENT L’unique   moyen   du   recours    est   l’incompatibilité   du   PLU   avec   le   PDUIF   2000   par   absence   de   déclinaison   de l’objectif suivant : «   Les   actions   du   PDU   de   l’Ile   de   France   visent   en   cinq   ans   à   …   une   augmentation   de   10%   de   la   part   de   la   marche pour les déplacements domicile-école et pour les déplacements inférieurs à 1 km  » Cet objectif figure dans un chapitre du PDUIF approuvé par arrêté inter préfectoral. Le   juge   balaie   ce   moyen   en   3   lignes   en   considérant   qu’il   s’agit   d’   «   énonciations   introductives   du   plan   de déplacements   urbains   [qui]   ne   sont   pas   au   nombre   des   dispositions   avec   lesquelles   le   plan   local   d’urbanisme   en litige doit être compatible  ». Le juge qualifie d’ « énonciations introductives » un objectif  qui fait partie du cœur du dispositif du PDUIF 2000. Le juge ajoute un raisonnement qui pourrait être qualifié de sophisme : L’article 123-1 du Code de l’urbanisme n’impose pas au PLU de décliner les orientations du PDUIF, Cet article impose simplement d’être compatible avec celles-ci, Le moyen tiré de ce que le PLU ne décline pas les orientations du PDUIF doit donc être écarté. A ce raisonnement, on peut objecter : l’unique   moyen   du   recours   est   la   compatibilité   ;   l’introduction   et   la   conclusion   du   recours   ne   parlent   que   de compatibilité.   Dans   le   cours   de   l’exposé,   le   terme   «   absence   de   déclinaison   »   est   utilisé,   mais   pour démontrer   l’incompatibilité   ;   le   juge   n’a   retenu   que   la   déclinaison   qui   n’est   pas   mentionnée   à   l’article   L.123-1 précité, Est-ce   que   pour   être   compatible,   le   PLU   doit   décliner   les   orientations   du   PDU   ?   Le   juge   répond   implicitement non. Mais, cet extrait du PDUIF, pourtant cité en bonne place dans le recours, le contredit : Page   74   (dans   le   chapitre   approuvé   par   arrêté)   :   «   Les   documents   d’urbanisme   prennent   en   compte   les orientations   du   PDU.   Les   nouvelles   règles   doivent   être   déclinées   par   chaque   commune   lors   de   l’élaboration des documents d’urbanisme.  » Son raisonnement aurait pu être : L’article 121-1 du Code de l’urbanisme impose au PLU d’être compatible avec les orientations du PDU, Or, le PDU dit que les orientations doivent être déclinées, Etc. Ensuite,    on    peut    naturellement    gloser    à    l’infini    sur    la    déclinaison    des    orientations.    Est-ce    que    quelques déclinaisons   cosmétiques   peuvent   suffire   ?   Oui,   si   l’on   suit   le   Rapporteur   public   (RP)   et   le   juge   qui   ne   connaissent pas les lieux. Ils   ont   suivi   en   cela   les   dires   de   la   défense   qui   n’ont   pas   été   contestés.   Ils   l’étaient   par   anticipation   dans   le   recours introductif, mais ils n’ont pas fait l’objet d’un mémoire en réplique au mémoire en défense. D’ailleurs,   le   RP   dans   ses   conclusions   écrit   :   «   sans   que   le   requérant   ne   le   conteste    »   et   le   juge   :   «   non   contestées par le requérant  ». C’est le point faible du recours. Enfin,   dans   son   mémoire   en   défense,   la   Ville   écrit,   parlant   de   l’augmentation   de   l’usage   des   modes   alternatifs   à   la voiture : « … il s’agit là des orientations que le PDUIF s’est lui-même fixées et non celles que les PLU doivent intégrer  » Puis, au sujet de l’augmentation de 10% de la part modale de la marche : « Là encore, le PDUIF ne fait ici que rappeler ses propres objectifs …qui ne contraignent donc pas les PLU  » Ni le RP, ni le juge n’ont sourcillé.
· · · · · · · § § § § · · · · · · · · · ·
des   3   rapports   de   2012,   et   des   observations formulées lors de l ’enquête . LES MOTIFS D’INSATISFACTION Parmi      les      motifs      d’insatisfaction,      figure l’absence   totale   d’un   plan   de   développement des    cheminements    piétonniers    et    des    pistes cyclables,   sujet   abondamment   traité   dans   les recours gracieux et contentieux qui suivent. Mais   aussi,   la   création   de   zones   d’immeubles autour   de   la   gare,   avant    d’avoir   prévu   la   place nécessaire    pour    un    pôle    multimodal    et    les aménagements   nécessaires   pour   résoudre   les difficultés    chroniques    de    circulation    de    ce secteur.   Cette   création   de   zones   d’immeubles va    au    contraire    accroitre    les    difficultés    de circulation.