MontgeronBourg
POLE MULTIMODAL
La   gare   de   Montgeron-Crosne   est   un   pôle   multimodal   en   ce   sens   que l’usager   du   RER   peut   s’y   rendre   à   pied,   à   vélo,   en   bus,   en   taxi   ou   en voiture   et   changer   ainsi   de   mode    de   transport   pour   se   rendre   à   sa destination finale. Les attributs d’un véritable pôle multimodal sont : un parvis piétons, une   gare   routière   réservée   aux   bus    avec   un   quai   dédié   à   chaque ligne, un parking paysagé avec une emprise au sol limitée, éventuellement, un espace de covoiturage (*), une zone de dépose minute, dédiée et sécurisée, une zone taxi, des abris vélos sécurisés (**) des   voies   d’accès   piétons,   cyclistes   et   PMR   fléchées   et   sécurisées, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du pôle, des   panneaux   d’affichage    délivrant   une   information   complète   et   multi transporteurs. (*)    il    faut    que    le    ou    les    passagers    du    véhicule    utilisé    pour    le    covoiturage puisse(nt)   stationner   leur   propre   véhicule.   Selon   une   statistique   et   un   calcul   du Conseil   régional,   avec   1,8   passager   par   voiture   au   lieu   de   1,1   en   moyenne comme    actuellement,    les    400    km    de    bouchons    quotidiens    en    Ile-de-France seraient réduits à zéro, toutes choses égales par ailleurs. (**)     un     réparateur     vélo     (initiative     individuelle) peut     apporter     un     service supplémentaire (exemple : Chelles en Seine et Marne). N.B.:    A    titre    d’exemples ,    citons    les    villes    de    NOISIEL    (77)    et    de    CHELLES    (77)    qui décrivent leurs pôles multimodaux, ici  pour Noisiel et pour Chelles . Selon   le   PDUIF ,    toutes   les   gares   auraient   dues   être   aux   standarts   de qualité requis en 2020. La   gare   de   Montgeron-Crosne   est   très   loin   aujourd hui   de   disposer   de tous ces attributs. Pourtant,   ni   le   PLU   de   2013,   ni   celui   de   2016,   ni   ses   3   modifications   de 2017, 2019 et 2021 n’ont prévu quoi que ce soit en ce sens. La    modification    n°2    (celle    de    2019)    modifie    la    zone    UEc    afin    d’y permettre    l’implantation    de    la    maison    du    département    avant    d’avoir réalisé   l’étude   du   pôle   multimodal   et   décidé   de   l’implantation   de   ses attributs. Le   PLU   2013   avait   créé   deux   zones   d’immeubles,   UAc   et   UDb   de   part   et d ’autre    de   la   gare ,   dont   une   (UDb)   se   situe   pour   moitié   dans   le   lit   majeur de   l’Yerres,   où   toute   construction   devrait   être   interdite.   Ces   2   zones   ont été   maintenues   dans   le   PLU   2016,   mais   en   étant   réduites   en   surface. UAc est devenue UDa et UDb est devenue UEc. Ces    2    zones    compromettent    la    réalisation    future    d un    véritable    pôle multimodal,   si   des   immeubles   devaient   y   être   construits,   avant    qu’une étude d’un pôle multimodal soit réalisée. Et cette éventualité est devenue réalité pour la zone UEc puisque : un   permis   de   construire    de   46   logements   a   été   accordé   le   2   janvier 2017   au   promoteur   EIFFAGE,   à   l’angle   des   rues   Leclerc   et   Concy. L’immeuble est aujourd’hui achevé, la   «Maison   de   l’Essonne»   est   en   projet   sur   un   terrain   situé   entre   le parking   Foch   et   la   rue   du   Moulin   de   Senlis   où   se   trouvent   aujourd’hui des   garages   construits   autrefois   sur   un   remblai   dans   le   lit   majeur   de l’Yerres.   Le   Président   du   Conseil   départemental   a   lancé   en   juillet 2021    un    appel    d’offres    à    cette    fin.    Une    lettre    ouverte     lui    a    été adressée   pour   attirer   son   attention   sur   le   fait   que   le   lit   majeur   de l’Yerres doit être laissé libre de toute construction. Ces 2 immeubles vont remplir la quasi totalité de la zone UEc. L’étude   préliminaire   d’un   pôle   multimodal   est   subventionnée   à   100   %   par Ile-de-France   Mobilités.   C’est   une   étude   assez   lourde,   coût   de   l’ordre   de 100 k€, durée 2 ans. Malgré   un   coût   nul   pour   la   commune,   cette   étude   n’a   pas   été   initiée   en 2014,   lors   de   la   décision   de         réviser   le   PLU,   sachant   qu’il   faut   5   à   10   ans entre   cette   décision   et   l’achèvement   des   travaux.   Les   raisons   évoquées sont, selon un élu, « pas de place » pour un pôle multimodal. La Ville écrira exactement le contraire dans son mémoire en défense n°2  page 8 afin de rejeter un recours devant le Tribunal administratif (voir page «PLU 2016», § contestation _ recours contentieux).   Quoiqu’il    en   soit,   assez   de   place   ou   pas   assez   de   place,   un   des   rôles des    PLU    (et    autrefois    des    POS)    est    de    faire    de    la    place    pour    des équipements  publics d’intérêt général. Selon   un   autre   élu,   ce   serait   «   trop   cher   ».   Le   pôle   d’Herblay,   dans   le   Val d’Oise,    a   coûté,   études      d’exécution   et   architecturale   comprises,   10   M€   + 2     M€     d’aménagements     de     voiries.     Après     subventions     du     STIF (aujourd’hui   IdF   mobilités)   et   de   la   Région,   il   est   resté   à   charge   4   M€.   Si l’on   considère   que   la   gare   est   partagée   entre   Montgeron   et   Crosne,   une répartition au prorata de la population laisserait à charge environ 3 M€. La   SNCF   a   réalisé   en   2020   des   travaux,   présentés   ici ,   pour   rendre accessible   les   quais   et   les   trains   aux   PMR   (*).   De   nouvelles   rames climatisées et télésurveillées entreront en service entre 2021 et 2025. Une   automatisation   de   la   ligne   et   3   portes   d’accès   par   voiture   (au   lieu   de 2   actuellement)   sur   ces   nouvelles   rames   (à   défaut   d’avoir   un   quai   dédié à   la   descente   et   un   autre   à   la   montée),   permettront   3   trains   par   quart d’heure aux heures de pointe. Il   est   regrettable   que   la   Ville   de   Montgeron   n’ait   pas   disposé,   avant les   travaux   SNCF,   d’une   étude   d’aménagement   du   quartier   de   la gare     pour     coordonner     l’ensemble     des     projets     intérieurs     et extérieurs à la gare. (*)   A   noter   que   rien   n est   prévu   dans   le   PLU   pour   permettre   aux   PMR   de   se rendre à la gare. Le   terme   PMR      (Personne   à   Mobilité   Réduite)   inclut   l’ensemble   des   personnes qui     éprouvent     des     difficultés     à     se     déplacer,     de     manière     provisoire     ou permanente,    personnes    souffrant    de    handicaps    sensoriels    et    intellectuels, personnes   en   fauteuil   roulant,   personnes   âgées,   femmes   enceintes,   personnes transportant des bagages lourds et personnes avec enfants et  poussette. Le   département   du   Val   de   Marne   va   mettre   en   service en   2025   ) un   télécabine   urbain   (Téléval   rebaptisé   câble A)   permettant   de   relier   Villeneuve-Saint-Georges   (Bois Matar)   à   la   station   «   Pointe   du   Lac   »   de   la   ligne   8   du métro   à   CRETEIL,   télécabine   (cabines   de   10   places assises)   qu’il   serait   peut-être    judicieux   de   prolonger jusqu’à     Montgeron.     L’étude     préliminaire     du     pôle multimodal devrait le dire. Un   article   du   14   avril   2021    du   quotidien   Le   Parisien    fait état   d’un   projet   de   prolongation   de   la   ligne   18   du   métro (Versailles-Chantiers à l’aéroport d’Orly) vers Montgeron. L’étude   préliminaire   a   finalement   été   lancée   fin   2020.   Elle   a   été   confiée au    bureau    d’études    Bruno    Remoué    www.brunoremoue.com     basé    à Barcelone   qui   s’est   associé   avec   SARECO   et   ETC   mobilités.   Le   chef   de projet est Matthieu VIROLLEAUD, architecte. Elle     est     intitulée     «Etude     de     circulation     et     assistance     au     projet d’aménagement des abords de la gare RER». Notons    que    «Pôle    multimodal»    n’y    apparait    pas    et    qu’une    étude    de circulation   (tous   modes)   avait   été   faite   en   2018   par   le   bureau   d’études ITER (cf. page «schéma des circulations douces») . Une   présentation   publique   des   premiers   résultats   de   cette   étude   a   eu lieu   le   30   juin   2022.   Le   Téléval   et   le   projet   de   prolongation   de   la   ligne   18 ont été passés sous silence. Les objectifs initiaux fixés par la Ville étaient : réduire la place des bus, augmenter la végétalisation. La     première     intention     du     Bureau     d’études     et     de     la     Ville     était apparemment de déporter une partie des arrêts   de   bus   sur   le   parking   Foch,   compte   tenu   de   la   surface   disponible place Piette. Mais    pour    IdF    mobilités    qui    subventionne    cette    étude,    il    n’est    pas admissible de faire descendre les usagers aussi loin de la gare. Ce   qui   est   vrai   pour   les   usagers   des   bus   devrait   l’être   aussi   pour   le conducteur et les passagers des véhicules. Il serait en effet plus agréable et plus confortable de rejoindre directement les quais depuis un parking couvert jouxtant la gare, passagers et véhicules étant à l’abri des intempéries en hiver et de la chaleur en été. Avec un peu de volonté de la Ville, cela est possible en expropriant un ou deux bâtiments et en concevant un parking silo à 2 ou 3 niveaux correspondant aux seuls besoins des habitants de Montgeron et Crosne. Le parking Foch est un aspirateur à voitures, nuisible à 3 titres, augmentation des bouchons, de la pollution et gel d’un espace naturel.
dernière actualisation : août 2022
La   gare   de   Montgeron-Crosne   est   un   pôle   multimodal   en   ce   sens   que l’usager   du   RER   peut   s’y   rendre   à   pied,   à   vélo,   en   bus,   en   taxi   ou   en voiture   et   changer   ainsi   de   mode    de   transport   pour   se   rendre   à   sa destination finale. Les attributs d’un véritable pôle multimodal sont : un parvis piétons, une   gare   routière   réservée   aux   bus    avec   un   quai   dédié   à   chaque ligne, un parking paysagé avec une emprise au sol limitée, éventuellement, un espace de covoiturage (*), une zone de dépose minute, dédiée et sécurisée, une zone taxi, des abris vélos sécurisés (**) des   voies   d’accès   piétons,   cyclistes   et   PMR   fléchées   et   sécurisées, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du pôle, des   panneaux   d’affichage    délivrant   une   information   complète   et   multi transporteurs. (*)    il    faut    que    le    ou    les    passagers    du    véhicule    utilisé    pour    le    covoiturage puisse(nt)   stationner   leur   propre   véhicule.   Selon   une   statistique   et   un   calcul   du Conseil   régional,   avec   1,8   passager   par   voiture   au   lieu   de   1,1   en   moyenne comme    actuellement,    les    400    km    de    bouchons    quotidiens    en    Ile-de-France seraient réduits à zéro, toutes choses égales par ailleurs. (**)     un     réparateur     vélo     (initiative     individuelle) peut     apporter     un     service supplémentaire (exemple : Chelles en Seine et Marne). N.B.:    A    titre    d’exemples ,    citons    les    villes    de    NOISIEL    (77)    et    de    CHELLES    (77)    qui décrivent leurs pôles multimodaux, ici  pour Noisiel et pour Chelles . Selon   le   PDUIF ,    toutes   les   gares   auraient   dues   être   aux   standarts   de qualité requis en 2020. La   gare   de   Montgeron-Crosne   est   très   loin   aujourd hui   de   disposer   de tous ces attributs. Pourtant,   ni   le   PLU   de   2013,   ni   celui   de   2016,   ni   ses   3   modifications   de 2017, 2019 et 2021 n’ont prévu quoi que ce soit en ce sens. La    modification    n°2    (celle    de    2019)    modifie    la    zone    UEc    afin    d’y permettre    l’implantation    de    la    maison    du    département    avant    d’avoir réalisé   l’étude   du   pôle   multimodal   et   décidé   de   l’implantation   de   ses attributs. Le   PLU   2013   avait   créé   deux   zones   d’immeubles,   UAc   et   UDb   de   part   et d ’autre    de   la   gare ,   dont   une   (UDb)   se   situe   pour   moitié   dans   le   lit   majeur de   l’Yerres,   où   toute   construction   devrait   être   interdite.   Ces   2   zones   ont été   maintenues   dans   le   PLU   2016,   mais   en   étant   réduites   en   surface. UAc est devenue UDa et UDb est devenue UEc. Ces    2    zones    compromettent    la    réalisation    future    d un    véritable    pôle multimodal,   si   des   immeubles   devaient   y   être   construits,   avant    qu’une étude d’un pôle multimodal soit réalisée. Et cette éventualité est devenue réalité pour la zone UEc puisque : un   permis   de   construire    de   46   logements   a   été   accordé   le   2   janvier 2017   au   promoteur   EIFFAGE,   à   l’angle   des   rues   Leclerc   et   Concy. L’immeuble est aujourd’hui achevé, la   «Maison   de   l’Essonne»   est   en   projet   sur   un   terrain   situé   entre   le parking   Foch   et   la   rue   du   Moulin   de   Senlis   où   se   trouvent   aujourd’hui des   garages   construits   autrefois   sur   un   remblai   dans   le   lit   majeur   de l’Yerres.   Le   Président   du   Conseil   départemental   a   lancé   en   juillet 2021    un    appel    d’offres    à    cette    fin.    Une    lettre    ouverte     lui    a    été adressée   pour   attirer   son   attention   sur   le   fait   que   le   lit   majeur   de l’Yerres doit être laissé libre de toute construction. Ces 2 immeubles vont remplir la quasi totalité de la zone UEc. L’étude   préliminaire   d’un   pôle   multimodal   est   subventionnée   à   100   %   par Ile-de-France   Mobilités.   C’est   une   étude   assez   lourde,   coût   de   l’ordre   de 100 k€, durée 2 ans. Malgré   un   coût   nul   pour   la   commune,   cette   étude   n’a   pas   été   initiée   en 2014,   lors   de   la   décision   de         réviser   le   PLU,   sachant   qu’il   faut   5   à   10   ans entre   cette   décision   et   l’achèvement   des   travaux.   Les   raisons   évoquées sont, selon un élu, « pas de place » pour un pôle multimodal. La Ville écrira exactement le contraire dans son mémoire en défense n°2  page 8 afin de rejeter un recours devant le Tribunal administratif (voir page «PLU 2016», § contestation _ recours contentieux).   Quoiqu’il    en   soit,   assez   de   place   ou   pas   assez   de   place,   un   des   rôles des    PLU    (et    autrefois    des    POS)    est    de    faire    de    la    place    pour    des équipements  publics d’intérêt général. Selon   un   autre   élu,   ce   serait   «   trop   cher   ».   Le   pôle   d’Herblay,   dans   le   Val d’Oise,    a   coûté,   études      d’exécution   et   architecturale   comprises,   10   M€   + 2     M€     d’aménagements     de     voiries.     Après     subventions     du     STIF (aujourd’hui   IdF   mobilités)   et   de   la   Région,   il   est   resté   à   charge   4   M€.   Si l’on   considère   que   la   gare   est   partagée   entre   Montgeron   et   Crosne,   une répartition au prorata de la population laisserait à charge environ 3 M€. La   SNCF   a   réalisé   en   2020   des   travaux,   présentés   ici ,   pour   rendre accessible   les   quais   et   les   trains   aux   PMR   (*).   De   nouvelles   rames climatisées et télésurveillées entreront en service entre 2021 et 2025. Une   automatisation   de   la   ligne   et   3   portes   d’accès   par   voiture   (au   lieu   de 2   actuellement)   sur   ces   nouvelles   rames   (à   défaut   d’avoir   un   quai   dédié à   la   descente   et   un   autre   à   la   montée),   permettront   3   trains   par   quart d’heure aux heures de pointe. Il   est   regrettable   que   la   Ville   de   Montgeron   n’ait   pas   disposé,   avant les   travaux   SNCF,   d’une   étude   d’aménagement   du   quartier   de   la gare     pour     coordonner     l’ensemble     des     projets     intérieurs     et extérieurs à la gare. (*)   A   noter   que   rien   n est   prévu   dans   le   PLU   pour   permettre   aux   PMR   de   se rendre à la gare. Le   terme   PMR      (Personne   à   Mobilité   Réduite)   inclut   l’ensemble   des   personnes qui     éprouvent     des     difficultés     à     se     déplacer,     de     manière     provisoire     ou permanente,    personnes    souffrant    de    handicaps    sensoriels    et    intellectuels, personnes   en   fauteuil   roulant,   personnes   âgées,   femmes   enceintes,   personnes transportant des bagages lourds et personnes avec enfants et  poussette. Le   département   du   Val   de   Marne   va   mettre   en   service en   2025   ) un   télécabine   urbain   (Téléval   rebaptisé   câble A)   permettant   de   relier   Villeneuve-Saint-Georges   (Bois Matar)   à   la   station   «   Pointe   du   Lac   »   de   la   ligne   8   du métro   à   CRETEIL,   télécabine   (cabines   de   10   places assises)   qu’il   serait   peut-être    judicieux   de   prolonger jusqu’à     Montgeron.     L’étude     préliminaire     du     pôle multimodal devrait le dire. Un   article   du   14   avril   2021    du   quotidien   Le   Parisien    fait état   d’un   projet   de   prolongation   de   la   ligne   18   du   métro (Versailles-Chantiers à l’aéroport d’Orly) vers Montgeron. L’étude   préliminaire   a   finalement   été   lancée   fin   2020.   Elle   a   été   confiée au    bureau    d’études    Bruno    Remoué    www.brunoremoue.com     basé    à Barcelone   qui   s’est   associé   avec   SARECO   et   ETC   mobilités.   Le   chef   de projet est Matthieu VIROLLEAUD, architecte. Elle     est     intitulée     «Etude     de     circulation     et     assistance     au     projet d’aménagement des abords de la gare RER». Notons    que    «Pôle    multimodal»    n’y    apparait    pas    et    qu’une    étude    de circulation   (tous   modes)   avait   été   faite   en   2018   par   le   bureau   d’études ITER (cf. page «schéma des circulations douces») . Une   présentation   publique   des   premiers   résultats   de   cette   étude   a   eu lieu   le   30   juin   2022.   Le   Téléval   et   le   projet   de   prolongation   de   la   ligne   18 ont été passés sous silence. Les objectifs initiaux fixés par la Ville étaient : réduire la place des bus, augmenter la végétalisation. La     première     intention     du     Bureau     d’études     et     de     la     Ville     était apparemment de déporter une partie des arrêts   de   bus   sur   le   parking   Foch,   compte   tenu   de   la   surface   disponible place Piette. Mais    pour    IdF    mobilités    qui    subventionne    cette    étude,    il    n’est    pas admissible de faire descendre les usagers aussi loin de la gare. Ce   qui   est   vrai   pour   les   usagers   des   bus   devrait   l’être   aussi   pour   le conducteur et les passagers des véhicules. Il serait en effet plus agréable et plus confortable de rejoindre directement les quais depuis un parking couvert jouxtant la gare, passagers et véhicules étant à l’abri des intempéries en hiver et de la chaleur en été. Avec un peu de volonté de la Ville, cela est possible en expropriant un ou deux bâtiments et en concevant un parking silo à 2 ou 3 niveaux correspondant aux seuls besoins des habitants de Montgeron et Crosne. Le parking Foch est un aspirateur à voitures, nuisible à 3 titres, augmentation des bouchons, de la pollution et gel d’un espace naturel.