Montgeronbourg
POLE MULTIMODAL
La   gare   de   Montgeron-Crosne   est   un   pôle   multimodal   en   ce sens   que   l’usager   du   RER   peut   s’y   rendre   à   pied,   à   vélo,   en   bus, en   taxi   ou   en   voiture   et   changer   ainsi   de   mode    de   transport   pour se rendre à sa destination finale. Les attributs d’un véritable  pôle multimodal sont : un parvis piétons, réservé aux piétons, une   gare   routière   réservée   aux   bus    avec   un   quai   dédié   à chaque ligne, un parking paysagé avec une emprise au sol limitée, éventuellement, un espace de covoiturage (*), une zone de dépose minute, dédiée et sécurisée, une zone taxi, des abris vélos sécurisés (**) des    voies    d’accès    piétons,    cyclistes    et    PMR    fléchées    et sécurisées, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du pôle, des   panneaux   d’affichage    délivrant   une   information   complète et multi transporteurs. (*)   il   faut   que   le   véhicule   utilisé   pour   le   covoiturage   et   dont   la   destination est   Montgeron   puisse   stationner   sans   problème.   Selon   une   statistique et   un   calcul   du   Conseil   régional,   avec   1,8   passager   par   voiture   au   lieu de   1,1   en   moyenne   comme   actuellement,   les   400   km   de   bouchons quotidiens    en    Ile-de-France    seraient    réduits    à    zéro,    toutes    choses égales par ailleurs. (**)   un   réparateur   vélo   (initiative   individuelle) peut   apporter   un   service supplémentaire (exemple : Chelles en Seine et Marne). N.B.:   A   titre   d’exemples ,   citons   les   villes   de   NOISIEL   (77)   et   de   CHELLES   (77)   qui   décrivent   leurs   pôles multimodaux, ici  pour Noisiel et pour Chelles . D’ici    2020,   selon   le   PDUIF ,    toutes   les   gares   doivent   être   mises aux standarts de qualité requis. La    gare    de    Montgeron-Crosne    est    très    loin    aujourd hui    de disposer de tous ces attributs. Pourtant,   ni   le   PLU   de   2013,   ni   celui   de   2016,   ni   ses   2   modifications   de   2017   et   2019   n’ont   prévu quoi que ce soit en ce sens. Au   contraire ,   le   PLU   2013   a   créé   deux   zones   d’immeubles,   UAc   et   UDb   de   part   et   d ’autre    de   la gare ,   dont   une   (UDb)   se   trouve   pour   moitié   dans   le   lit   majeur   de   l’Yerres,   où   toute   construction devrait    être    interdite,    mais    est    aujourd’hui     simplement    réglementée.    Ces    2    zones    ont    été maintenues   dans   le   PLU   2016,   mais   en   étant   sensiblement   réduites   en   surface.   UAc   est   devenue UDa et UDb est devenue UEc. Ces   2   zones   compromettent   la réalisation   future   d un   véritable pôle       multimodal,       si       des immeubles      devaient      y      être construits,   avant    qu’une   étude sérieuse    d’un    pôle    multimodal soit     réalisée     par     un     bureau d’études compétent. PLU 2013 PLU 2016 Et cette éventualité est en passe de devenir réalité puisque : un   premier   permis   de   construire    de   46   logements   a   été   accordé   le   2   janvier   2017   au   promoteur EIFFAGE,   à   l’angle   des   rues   Leclerc   et   Concy   et   les   travaux   ont   commencé   (démolition   des constructions existantes), la   «Maison   de   l’Essonne»,   regroupant   des   services   départementaux,   est   en   projet   sur   un terrain   situé   entre   le   parking   Foch   et   la   rue   du   Moulin   de   Senlis   où   se   trouvent   aujourd’hui   des garages construits autrefois sur un remblai dans le lit majeur de l’Yerres. Ces 2 immeubles s’ils sont réalisés rempliront la quasi totalité de la zone UEc. L’étude   préliminaire   d’un   pôle   multimodal   est   subventionnée   à   100   %   par   le   STIF   (aujourd’hui   Île- de-France Mobilités) . C’est une étude assez lourde, coût de l’ordre de 100 k€, durée environ 2 ans. Malgré      un      coût      nul   pour   la   commune,   cette      étude      n’a      pas      été      initiée      en      2014,      lors      de      la        décision      de         réviser         le         PLU.      Les         raisons         évoquées      sont,      selon      un      élu,   «   pas   de   place   » pour   un  pôle   multimodal (*). Comment      affirmer   qu’il   n’y   a   pas   assez   de   place   avant   de   faire   l’étude   ?   Quoiqu’il    en   soit,   assez   de place   ou   pas   assez   de   place,   un   des   rôles   des   PLU   (et   autrefois   des   POS)   est   de   faire   de   la   place pour   des   équipements      publics   d’intérêt   général   en   recourant   si   nécessaire   au   rachat   d’immeubles comme cela vient d’être fait pour le projet d’ordre privé EIFFAGE. Selon   un   autre   élu,   ce   serait   «   trop   cher   ».   Le   pôle   multimodal   de   la   commune   d’Herblay   (29.000 habitants),   dans   le   Val   d’Oise,    a      coûté,   études   d’exécution   et   architecturale   comprises,10   M€   +   2 M€    d’aménagement    des    voiries    autour    du    pôle.    Après        subventions    du    STIF    (IdF    mobilités aujourd’hui)   et   de   la   Région,   il   est   resté   à   charge   4   M€.   La   gare   étant   partagée   entre   Montgeron   et Crosne,   une   répartition   au   prorata   de   la   population   laisserait   à   charge   environ   3   M€   à   comparer avec le coût de la rénovation de La Pelouse et d’un tronçon de l’avenue de la République. (*) Pour contrer les arguments du recours contre le PLU, la Ville écrit exactement le contraire page 8 de son mémoire en défense n°2 (voir l’onglet «PLU 2016», § contestation _ recours contentieux) : «l’étendue géographique importante de la zone UDa et la superficie minime qu’occupe le quartier de la gare dans cette zone, permet aisément d’imaginer à la fois la réalisation d’aménagements en faveur d’une multimodalité et la construction d’habitats collectifs.»   La   SNCF   a   programmé   des   travaux,   présentés   ici ,   pour   rendre   accessibles   les   quais   et   les   trains aux   PMR   (*)   en   2020.   De   nouvelles   rames   climatisées   et   télésurveillées   entreront   en   service   entre 2021 et 2025. Une   automatisation   de   la   ligne   et   3   portes   d’accès   par   voiture   (au   lieu   de   2   actuellement)   sur   ces nouvelles   rames   (à   défaut   d’avoir   un   quai   dédié   à   la   descente   et   un   autre   à   la   montée),   permettront 3 trains par quart d’heure aux heures de pointe. (*) A noter que rien n est prévu dans le PLU pour permettre aux PMR de se rendre à la gare. Le   terme   PMR      (Personne   à   Mobilité   Réduite)   inclut   l’ensemble   des   personnes   qui   éprouvent   des   difficultés   à se    déplacer,    de    manière    provisoire    ou    permanente,    personnes    souffrant    de    handicaps    sensoriels    et intellectuels,   personnes   en   fauteuil   roulant,   personnes   âgées,   femmes   enceintes,   personnes   transportant   des bagages lourds et personnes avec enfants et poussette. Le        département        du        Val        de        Marne        va        mettre        en        service        en        2021 ( https://youtube/TvumW_5m4dY ) ) un     télécabine     urbain     permettant     de     relier     Villeneuve-Saint- Georges   à   la   station   «   Pointe   du   Lac   »   de   la   ligne   8   du   métro   à   CRETEIL,   télécabine   qu’il   serait peut-être  judicieux de prolonger jusqu’à Montgeron. L’étude préliminaire du pôle multimodal le dira.   Il   est   regrettable   que   la   Ville   de   Montgeron,   de   son   coté,   n’ait   rien   prévu   pour   accompagner ces   évolutions   et   ne   dispose   pas   à   ce   jour,   d’une   étude   d’aménagement   du   quartier   de   la gare pour coordonner l’ensemble des projets et donc minimiser les coûts. L’étude   préliminaire   doit   être   lancée   sans   délai,   sachant   qu’il   faut   de   5   à   10   ans   entre   cette   décision et   l’achèvement   des   travaux.   En   janvier   2020,   elle   n’était   toujours   pas   lancée   malgré   une   lettre adressée par 2 habitants à la Ville le 17 janvier 2019, lettre restée sans réponse à ce jour. Cette    lettre,    reproduite    ci-après,    concerne    l’aménagement    du    quartier    de    la    gare    dans    son ensemble   y   compris   la   plaine   de   Chalandray.   Par   exemple,   elle   constate   qu’il   est   préjudiciable   pour notre   Ville   de   sacrifier   un   important   espace   naturel   pour   y   parquer   des   voitures   venant   pour beaucoup (*) d’autres villes. (*) il n’a pas été possible d’obtenir les statistiques de fréquentation du parking Foch. Elle   ne   reflète   pour   l’instant   que   la   vision   de   quelques   habitants,   mais   c’est   une   base   de   départ   pour une   future   et   réelle    concertation.   Les   idées   émises   devront   être   confrontées   à   l’expertise   du   bureau d’études chargé de l’étude préliminaire. Lettre du 17 janvier 2019 adressée à la Ville «Nous   souhaitons   attirer   votre   attention   sur   l’urgence   du   lancement   de   l’étude   préliminaire   du   pôle   multimodal, considérant   les   nombreux   projets   en   cours   dans   le   quartier   de   la   gare   et   la   nécessité   d’avoir   dès   que   possible   une   vision globale de ce quartier et de son évolution. Situation actuelle et problèmes identifiés  : 1 - Absence d’un pôle multimodal tel que préconisé par le PDUIF 2 - Lit   majeur   de   l’Yerres   encombré   par   des   garages   et   par   un   parking   public   de   1000   places   qui   est   un   aspirateur   à voitures des communes environnantes, le tout sur un remblai qui contribue à aggraver les crues 3 - Trafic automobile important avec bouchons fréquents et pollution consécutive 4 - Rue   du   Moulin   de   Senlis,   cataloguée   voie   résidentielle   tandis   qu’elle   sert   de   voie   de   transit   avec   plus   de   4.000 véhicules/jour 5 - Passage   sous   le   pont   SNCF   de   la   rue   du   Général   Leclerc   (7   à   8.000    véhicules/jour),   pont   étroit   et   ne   permettant   pas le   passage   sécurisé   des   piétons   et   des   cyclistes.   Ce   passage   est   identifié   comme   une   coupure   majeure   (la   seule   sur le territoire de VYVS) par le PDUIF (coupure n° 75) à résoudre avant 2020. Les   projets   en   cours    :   construction   de   la   maison   de   l’Essonne,   construction   de   46   logements   par   Eiffage,   surélévation   des quais   de   45   cm   en   2019   et,   sur   la   rue   du   Moulin   de   Senlis   ou   son   prolongement   (rue   du   Gué),   construction      de   31   logements par 3F et de 10 à 20 logements au Moulin de Senlis, A   part   la   surélévation   des   quais,   tous   les   autres   projets   vont   contribuer   à   accroitre   ou   à   geler   les   problèmes   cités   sans   en résoudre aucun. Nos ambitions pour notre Ville et nos suggestions pour les atteindre. 1-    Disposer    d’un    pôle    multimodal    performant    à    l’instar    de    plusieurs    communes    d’IdF    ;    pour    ce    faire,    lancer    l’étude préliminaire   d’un   pôle   multimodal,   étude   à   confier   à   un   spécialiste   du   sujet.   Le   choix   de   SNCF   Réseau   aurait   été   judicieux dans la mesure où il aurait permis la liaison entre les travaux intérieurs et extérieurs à la gare. 2-   Restaurer   le   lit   majeur   de   l’Yerres   et   faire   de   la   plaine   de   Chalandray   un   espace   de   loisirs   pour   les   montgeronnais   avec,   à terme,   une   liaison   verte   vers   La   Pelouse   et   la   forêt   de   Sénart,   via   Rottembourg   et   le   parc   du   lycée   ;   pour   ce   faire, suppression   des   garages   DARDERE   et   remplacement   du   parking   de   surface   par   un   parking   paysagé   à   2   ou   3   niveaux (l’étude préliminaire déterminera l’emplacement), d’emprise au sol réduite, puis enlèvement des remblais. Il   est   préjudiciable   qu’une   part   significative   de   cet   espace   naturel   classé,   soit   sacrifiée   pour   parquer   des   voitures   venant   en partie d’autres communes avec le trafic induit et les bouchons dans Montgeron que cela entraine. Ceci   favorisera   l’expansion   des   crues   qui   ne   pourront   qu’augmenter   en   importance   étant   donné   l’accroissement   continu   des surfaces imperméabilisées à l’amont de Montgeron. 3-   Réduire   les   bouchons   autour   de   la   gare   et   la   pollution   consécutive   ;   une   part   des   bouchons   est   due   aux   automobilistes d’autres   communes   venant   se   garer   à   Montgeron   à   cause   des   «   aspirateurs   »   à   voitures   que   constituent   les   parkings   Foch et   Super   U.   Une   autre   part   est   due   aux   automobilistes   montgeronnais   qui   pourraient   utiliser   le   vélo   si   les   infrastructures cyclables   étaient   complètes   et   suffisamment   sécurisantes   ou/et   les   TC   quand   ceux-ci   seront   à   fréquence   élevée   (cf. navettes   autonomes   de   15   à   20   places   sur   parcours   identifiés   et   balisés,   minibus   commercialisés   par   une   entreprise   de   la région lyonnaise aux environs de 300 k€) Pour   ce   faire,   déterminer   la   part   des   automobilistes   montgeronnais   qui   utilisent   le   parking   Foch,   dimensionner   le   futur parking en conséquence et dissuader les habitants des communes voisines de venir se garer à Montgeron. 4- Rendre les voies résidentielles à leur destination par un plan de circulation adapté 5-   Résoudre   la   coupure   n°   75   (pour   les   piétons   et   les   cyclistes),   difficile   mais   pas   impossible   :   élargissement   du   pont   SNCF, passerelle au-dessus des voies, ouverture au public du passage existant sous les voies, etc. Le   projet   de   territoire   mentionne   la   cohérence   avec   le   PDUIF   et   le   recensement   des   coupures,   mais   il   ignore   la   coupure   75, la seule existante sur son territoire (selon le PDUIF). Le   plan   vélo   départemental   envisage   simplement   de   poursuivre   le   recensement   des   coupures   et   de   programmer   leur résorption   sur   les   prochaines   années,   alors   que   11   sont   déjà   identifiées   par   le   PDUIF   sur   son   seul   territoire   dont   la   coupure 75. Il aurait été plus constructif de déjà programmer les 11 coupures identifiées. Ces 5 objectifs sont, pour partie au moins, interdépendants. Une    question    préalable     :    Pour    réduire    les    bouchons,    faut-il    faciliter    la    circulation    automobile     ou    dissuader     les automobilistes de prendre leur voiture (au profit du vélo, de la marche et des TC) ? 1 ère  possibilité : Faciliter  la circulation automobile en : créant par exemple une voie nouvelle sur les terrains DARDERE en prolongement de la rue de Concy, en réhabilitant le pont de Bart, en reportant le trafic automobile sur les départementales existantes, en   élargissant   le   pont   rue   du   général   Leclerc   sous   les   voies   ferrées,   c’est-à-dire   en   considérant   que   la   coupure   75 constitue également une coupure pour les voitures. 2 ème    possibilité   :   Dissuader    de   l’usage   de   la   voiture   en   réduisant   les   places   de   parking   (Foch   et   Super   U)   qui   incitent   des non-montgeronnais   à   venir   s’y   garer,   contribuant   ainsi   aux   bouchons   et   à   la   pollution,   et   concomitamment,   offrir   aux montgeronnais   des   transports   en   commun   performants   et   des   pistes   cyclables   et   des   voies   piétonnes   sécurisées   et confortables. Ce choix reste à faire. Ce pourrait être aussi un mix des 2 possibilités. Les atouts pour atteindre les objectifs précités  : La Ville dispose de réserves foncières importantes : le terrain d’assiette EIFFAGE, soit directement soit via EPFIF le terrain DARDERE, le restaurant à côté du terrain DARDERE. Plusieurs collectivités sont propriétaires d’une grande partie de la plaine de Chalandray. Ces   réserves   foncières   devraient   permettre   de   réaménager   le   quartier   de   la   gare,   d’y   réaliser   un   pôle   multimodal   digne   de ce   nom,   de   restaurer   le   lit   majeur   de   l’Yerres,   et   dans   le   foncier   éventuellement   restant,   d’y   construire   des   bureaux   ou/et   des logements. L’argument   consistant   à   dire   qu’il   est   impossible   de   garder   ces   terrains   sans   les   revendre   car   trop   lourd   financièrement,   ne tient pas, car, s’ils sont utilisés pour la création d’un pôle multimodal, ils sont subventionnés à 75 %. Conclusion    :   l’urgence   de   l’urgence   nous   parait   être   le   lancement   de   l’étude   préliminaire   du   pôle   multimodal,   soit   par   la Ville, soit par VYVS. Cette étude est subventionnée à 100%. Si   lancée   maintenant,   elle   pourrait   être   disponible   mi   2020.   Elle   pourrait   aussi   modifier   à   la   marge   le   projet   SNCF   de surélévation   des   quais   et   éviter   ainsi   des   reprises   d’œuvre   éventuellement   couteuses   lors   de   l’aménagement   du   quartier   de la gare. N.B.   :   Une   5 ème    entrée   gare,   à   l’opposé   de   la   4 ème    entrée   (celle   du   chemin   noir)   conjuguée   avec   un   chemin   piétonnier   et cycliste le long des voies, faciliterait l’accès des habitants situés au sud-est de la rue du Général LECLERC.»
· · · · · · ·
dernière actualisation : 1er mars 2020