MontgeronBourg
LA POLLUTION DE L’AIR
Introduction La   pollution   de   l’air   ne   se   voit   pas   et   généralement   ne   se   sent   pas.   Elle   a   pourtant   de   graves répercussions sur la santé. La qualité de l’air est un enjeu de santé publique. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la pollution de l’air, en milieu urbain, accroît le risque de maladies respiratoires aiguës (pneumonie …) et chroniques (cancer du poumon …) ainsi que de maladies cardio-vasculaires. Pour plus de détails : https://www.who.int/phe/health_topics/outdoorair Santé   Publique   France   (ANSP)   estime   que   la   pollution   par   les   particules   fines   (PM2,5   de   taille inférieure   à   2,5   micromètres)   émises   par   les   activités   humaines   est   à   l’origine   chaque   année,   en France   continentale,   d’au   moins   4 8   0 00   décès   prématurés   par   an    et   à   une   perte   d’espérance   de   vie   à 30 ans pouvant dépasser 2 ans. Selon   un   rapport   de   Airparif,   une   part   importante   de   la   pollution   de   l’air   est   due   aux   moteurs thermiques   des   véhicules.   Parmi   les   polluants,   il   faut   citer   l e   dioxyde   d’azote   (NO2)   qui   entraîne une i nflammation des voies respiratoires , ce qui peut préparer le terrain aux virus. Le   n°   39   de   Airparif   Actualité    de   décembre   2012   montre   que   la   pollution   est   maximale   sur   les   axes routiers puis décroit progressivement. Ci-dessous,   un   extrait   de   la   page   3   qui   schématise   la   diffusion   maximale   de   3   polluants   dans   le   cas d’un   axe   routier   majeur.   Pour   un   axe   plus   modeste,   la   distance   d’impact   est   de   l’ordre   de   50   à   100 mètres selon les polluants et l’intensité du trafic. Situation en Île-de-France Cette pollution ne date pas d’hier comme le montrent les articles du Parisien et du Républicain de 1997 et 1995 : c’est la pollution atmosphérique chronique qui diminue l’espérance de vie. Dans   le   bilan   2015   de   la   qualité   de   l’air   en   Île-de-France,   Airparif   écrivait   :   Ce   sont   les   Franciliens résidant   dans   l'agglomération   parisienne   et   le   long   du   trafic   qui   sont   les   plus   concernés   :   au   voisinage   de   certains grands axes la pollution est jusqu’à deux fois supérieure aux normes annuelles. Dans le bilan 2019  publié le 2 juin 2020, on pouvait lire : «   À   l’exception   de   l’ozone,   la   baisse   tendancielle   des   niveaux   de   pollution   chronique   se   poursuit   et   l'intensité   de dépassement   des   normes   se   réduit   d’année   en   année.      Les   recommandations   de   l'OMS   sont   néanmoins   largement dépassées notamment pour les PM 2,5   ». Plus récemment, un article du Huffpost du 26 janvier 2021 intitulé « Combien de morts devrons-nous encore déplorer à cause de la pollution automobile avant de changer radicalement de modèle ? » cite le chiffre de 2575 décès prématurés par an à Paris. Situation en France Selon le ministère de la transition écologique, la qualité de l’air extérieur en France en 2019 s’améliore. « Toutefois, des dépassements des seuils réglementaires … persistent … . Ils concernent plus particulièrement l’ozone et le dioxyde d’azote, principalement à proximité du trafic routier en ce qui concerne le dioxyde d’azote ». Plus de détails sur https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/bilan-de-la-qualite-de-lair-exterieur-en-france-en-2019 Mais   il   ne   s’améliore   pas   suffisamment   vite.   Le   17   mai   2018,   la   Commission   européenne   a   décidé   de   renvoyer   la   France   devant   la   Cour   de   justice de   l’Union   européenne   (CJUE)   et   celle-ci,   dans   un   arrêt   rendu   le   24   octobre   2019,   a   condamné   la   France   pour   son   incapacité   à   protéger   ses citoyens   contre   la   pollution   de   l’air.   La   CJUE   estime   que   «   la   France   a   dépassé   de   manière   systématique   et   persistante   la   valeur   limite   annuelle   pour   le   dioxyde d’azote   depuis   le   1 er    janvier   2010   » .   Le   dioxyde   d’azote   (NO 2 ),   est   un   gaz   toxique   émis   principalement   par   le   trafic   routier    qui,   en   outre,   contribue   à   la formation de l’ozone sous l’action du rayonnement ultraviolet. Législation et réglementation La   loi   LAURE   du   30   décembre   1996   (Loi   sur   l’Air   et   l’Utilisation   Rationnelle   de   l’Energie)   avait   reconnu   à   chacun   le   droit   de   respirer   un   air   qui   ne nuise pas à sa santé. Cette   loi   a   rendu   obligatoire   la   surveillance   de   la   qualité   de   l’air   (=>   création   de   AirParif),   la   définition   d’objectifs   de   qualité   et   l’information   du public.   C’est   cette   même   loi   qui   a   instauré,   toujours   dans   l’objectif   de   respirer   un   air   qui   ne   nuise   pas   à   la   santé,   les   PDU   (Plan   de   Déplacement Urbain) pour les agglomérations de plus de 100.000 habitants. Elle a précédé les directives européennes Le Conseil régional a adopté par délibération du 17 juin 2016 le plan régional pour la qualité de l’air (2016-2021). Comment connaître la pollution en temps réel A   Montgeron,   un   capteur   d’Airparif   est   installé   2   rue   du   Presbytère   depuis   avril   1994   mais   il   ne   mesure   que   l’ozone   et   le   dioxyde   d’azote.   Il   ne mesure pas les particules PM10 et PM2,5. Une start-up parisienne, Plume Labs créée en 2014 par 2 ingénieurs anciens élèves de l’école polytechnique, a conçu un capteur individuel mobile. Le premier modèle (129 €) permet de connaître en temps réel le niveau de pollution du lieu où l’on se trouve lorsque le capteur est connecté à un smartphone. Ce capteur mesure les particules PM2,5, PM10, le dioxyde d’azote (NO2) et les composés organiques volatils (COV). Cette société publie une carte de la pollution qui agrège les mesures des utilisateurs de son capteur (plus de 200.000 dans le monde) et les données publiques de la qualité de l’air, ici Airparif.  Cette carte éditée en temps réel (ci-contre celle du ) montre régulièrement Montgeron et particulièrement la déviation de la RN6 en orange, c’est-à-dire parmi les zones les plus polluées d’Île-de-France. Que faire ? La pollution importée par les vents, parfois de très loin, ne peut être réduite par des mesures locales. Par contre, celle générée par le trafic routier local peut être réduite si les élus prennent des mesures pour réduire ledit trafic. Ensuite, la plantation d’arbres en ville permet de réduire les concentrations en particules fines de 20 % à 50 % et d’offrir une diminution de température de 0,5 °C et 2 °C selon un rapport de l’ONG Nature Conservancy,   DIMINUTION DU TRAFIC ROUTIER Chaque   matin   de   chaque   jour   ouvré,   un   flux   important   de   véhicules   issus   d’autres   communes   transite   par   Montgeron   soit   pour   aller   vers   l’ouest, Orly,   Rungis,   etc.   (flux   1)   soit   pour   aller   vers   le   nord   (flux   2)   en   contournant   le   bouchon   de   Villeneuve-Saint-Georges   (VSG)   par   le   plateau   de Crosne,   soit   encore   pour   stationner   dans   les   parkings   Foch,   le   parking   de   Super   U   et   dans   les   rues   avoisinantes   qui   ne   sont   pas   en   zone   bleue   (flux 3). A   ces   3   flux   s’ajoute   le   flux   des   véhicules   conduisant   les   enfants   à   l’école   (flux   4)   et   le   flux   5   des   véhicules   vers   les   commerces   et   les   surfaces commerciales. Les 4 premiers flux se superposent dans la même tranche horaire. Comment réduire ces flux ? Le flux 1 devrait normalement emprunter la déviation de la RN6 et ne pas transiter par le centre-ville. Un nouveau pont sur la Seine, s’il voit le jour, devrait inciter à le faire. A défaut, une dissuasion, réglementaire ou autre, semble être la seule possibilité. Le   flux   2    est   la   conséquence   de   la   non   réalisation   de   la   déviation   de   VSG   qui   aurait   dû   être   la   suite   de   la   déviation   de   Montgeron.   Il   créé   des   pertes de   temps   pour   les   montgeronnais   qui   se   rendent   à   la   gare,   la   rue   du   Général   Leclerc   étant   totalement   congestionnée,   à   tel   point   que   les   passagers des   bus   sont   parfois   amenés   à   descendre   avant   la   station   pour   ne   pas   rater   leur   train   sachant   qu’il   faut   parfois   10   minutes   pour   aller   de   la   mairie   à   la gare. Un   article   du   4   avril   2002   du   «   Parisien   »   mentionne   qu’un   projet   routier   de   7   km   a   été   retenu.   Il   reliait le   Réveil-Matin   à   Montgeron   à   la   D60   (2x2   voies)   à   Valenton.   Il   respectait   l’environnement   et   les habitants,    car    il    était    soit    en    souterrain    soit    en    tranchée    couverte.    Les    maires    des    différentes communes   et   les   présidents   des   deux   conseils   généraux   concernés   étaient   d'accord   selon   l’article précité. S’il   avait   été   réalisé,   la   rue   du   Général   Leclerc   ne   supporterait   plus   qu’un   trafic   local   (quelques   rues   de Crosne   aussi),   la   pollution   serait   diminuée   et   le   bouchon   de   VSG   lui-même,   sans   doute   un   mauvais souvenir. Cette    déviation    n’étant    pas    réalisable    à    horizon    visible,    une    solution    pour    permettre    aux montgeronnais   d’aller   à   la   gare   confortablement,   rapidement   et   sans   subir   la   pollution,   serait   de mettre   en   application   une   des   propositions   de   l’étude   ITER   ( voir   la   page   «   Schéma   des   circulations   douces», «Préconisations»   en   fin   de   page )      à   savoir   le   boulevard   Sellier   en   zone   de   rencontre,   en   limitant   son   accès,   aux riverains,   aux   piétons,   aux   cyclistes   et   aux   transports   en   commun   comme   des   navettes   électriques   de petite taille. Cette   solution   devrait   être   validée   et   précisée   dans   l’étude   à   venir   du   pôle   multimodal,   notamment   le problème   de   la   rue   Louis   Armand   qui   devra   être   élargie.   Le   projet   de   maison   du   département pourrait   avantageusement   être   établie   sur   la   maison   des   solidarités,   autre   structure   départementale   (sous   utilisée)   au   lieu   d’urbaniser   un   espace naturel comme la plaine de Chalandray. Le   flux   3    pourrait   être   rapidement   réduit   en   limitant   la   capacité   des   parking   Foch   et   en   mettant   le   parking   de   Super   U   et   les   rues   avoisinantes   en zone bleue. Le   flux   4    ne   pourra   être   réduit   que   lorsqu’un   réseau   complet,   continu   et   totalement   sécurisé   de   pistes   cyclables   permettra   aux   parents   de   laisser leurs enfants aller à l’école en vélo, sans appréhension. Le   flux   5    pourra   être   réduit   par   une   campagne   de   sensibilisation   du   public   aux   conséquences   de   l’utilisation   de   son   véhicule   motorisé   pour   les courses   de   proximité   tels   que   les   boulangeries   ou   les   commerces   de   bouche   et   par   un   affichage,   sur   les   panneaux   de   la   Ville,   de   la   pollution,   à l’instar de la météo.
Page créée le 9 mai 2021