MontgeronBourg
ETAT DES LIEUX
rédigé en mai 2017, dernière actualisation : septembre 2022 Aucun   réseau   maillé   complet    de   cheminements   piétons   et   de   pistes   cyclables   n’existe,   ni   sur   le   terrain,   ni   –   et   c’est   plus   grave   (*)   –      n’existait   sur   le   papier   dans   le PLU 2013 et n’existe dans le PLU 2016 (approuvé le 3 novembre 2016). L’expression   «   réseau   maillé   complet   »   est   importante,   car   pour   qu’un   pourcentage significatif   des   habitants   décide   d’utiliser   la   marche   ou   le   vélo   au   lieu   de   la   voiture pour   aller   d’un   point   A   à   un   point   B,   Il   faut   qu’il   existe   entre   A   et   B,   une   continuité assurant la sécurité pour le piéton et le cycliste. (*)   les   PLU   2013   et   2016   prévoient   des   densifications   AVANT    de   prévoir   la création   d’un   véritable   réseau   et   n’inscrivent   donc   pas   son   tracé.   Il   est   donc à   craindre   que   des   immeubles   ne   soient   construits   sur   le   tracé   de   futurs chemins   piétonniers   et   de   futures   pistes   cyclables.   C’est   d’ailleurs   ce   qui   vient   de   se passer   avec   les   2   premiers   permis   de   construire   d’immeubles   accordés   depuis   l’approbation   du   PLU   le   3 novembre   2016,   immeubles   qui   se   trouvent   sur   le   tracé   potentiel   du   réseau   cyclable   structurant   régional.   Il s’agit   d’un   immeuble,   angle   avenue   Jean   Jaurès   et   rue   du   Gué   (promoteur   3F)   et   d’un   immeuble   à   l’angle   des rues Général Leclerc et Concy (promoteur Eiffage). Ces 2 immeubles sont aujourd’hui terminés. Cette    absence    de    planification    concerne    aussi    la    circulation    automobile,    car construire   des   immeubles   dans   le   quartier   de   la   gare,   risque   fort   de   vitrifier   ses dysfonctionnements    en    l’absence    d’un    plan    de    circulation    préexistant.    Et    de rendre plus difficile et plus coûteux la réalisation d’un pôle multimodal.
Par    exemple,    pour    aller    à    pied    ou    à    vélo    de    La    Pelouse    à    la    gare    ou    aux    berges    de    l’Yerres, confortablement et en sécurité, il existe :    Entre   La   Pelouse   et   la   rue   Aristide   Briand   :   les   rues   Hélène,   Louise   et   Gisèle,   l’avenue   de   la Vénerie et les rues du Clos Galant (grâce aux trottoirs larges), Mélanie et Sébastien Digard,    Entre   la   rue   Aristide   Briand   et   l’avenue   de   la   République   :   le   parc   Jean   Rostand   et   le   parc   du musée quand ils sont ouverts, les ruelles Blondel, du Poirier aux Prêtres et du Clos Galant,    Entre   l’avenue   de   la   République   et   la   Place   Piette   :   il   n’existe   plus   rien .   Une   proposition   avait   été faite   lors   de   l’enquête   publique   sur   le   PLU   2013,   proposition   balayée   par   la   Ville   avec   des arguments discutables. Entre   l’avenue   de   la   République   et   la   nouvelle   entrée   nord-ouest   de   la   gare,   il   existe   toutefois   un tracé   confortable   et   agréable   qui   emprunte   la   rue   des   Prés   Montagne   de   Crèvecœur   et   le   chemin Noir. Outre   l’ absence   d’un   réseau   complet    de   cheminements   piétons   et   de   pistes   cyclables   permettant   de rejoindre   à   pied   ou   à   vélo,   tous   les   équipements   publics   et   de   loisirs,   deux   coupures   majeures ,   les voies   ferrées   et   la   RN6,   affectent   significativement   la   circulation   des   piétons,   des   cyclistes   et   des PMR. Les   franchissements   possibles   des   voies   ferrées   entre   le   passage   inférieur   de   l’avenue   Jean   Jaurès (RD 50) et celui de la rue d’Yerres (RD 31)  sont : Rue   du   Gué   (passage   inférieur)   sous   les   2   ponts   SNCF   :   impraticable   par   les   cyclistes   et   les   PMR du fait de l’étroitesse de ces ponts et du trafic automobile, Rue   du   Pont   de   Bart   (passage   supérieur)   :   possible   mais   difficile   à   cause   de   l’étroitesse   du   pont et de la circulation automobile, Pont   aux   vaches   (passage   inférieur)   en   bas   de   la   rue   des   Prés   Montagne   de   Crèvecœur   :   ce serait   le   passage   idéal,   si   la   pente   –   de   l’ordre   de   15   à   20%   -   était   praticable   par   tous   et   en toutes saisons, Pour   mémoire,   place   Piette,   passage   inférieur   pour   l’accès   aux   quais,   accessible   aujourd’hui uniquement aux piétons munis d’un titre de transport, Rue   du   général   Leclerc   (passage   inférieur)   :   impraticable   de   fait   par   les   cyclistes   et   les   PMR,   à cause de son étroitesse, et inconfortable pour les piétons, Rue   Charles   Deguy   (passerelle)   :   impraticable   par   les   cyclistes   et   les   PMR   à   cause   de   la   volée   de marches pour rejoindre la rue Bastier de Bez, Remarques   :   le   passage   inférieur   de   l avenue   Jean   Jaurès   ne   permet   de   franchir   qu une   seule   branche   des   voies ferrées   et   le   passage   inférieur   de   la   rue   d’Yerres   (limite   communale   entre   Montgeron   et   Yerres)   est   trop   excentré pour les besoins des montgeronnais Aucun    franchissement    existant    ne    répond    donc    complètement    aux    besoins    des    piétons,    des cyclistes et des PMR. Les franchissements de la RN6 , entre les ronds-points du Réveil-Matin et de la Pyramide, sont : Rond-point dit « Auchan » en face de l’église Notre-Dame, Rue Raymond Paumier, Avenue Charles de Gaulle (RD31) Avenue   de   la   Chesnaie,   vers   la   maison   forestière,   seul   passage   sur   plus   de   3   km,   la   continuité des chemins forestiers coupés par la déviation n’ayant pas été rétablie. Les   trottoirs   sont   rarement   aux   normes    ( cf.   arrêté   du   15   janvier   2007 ).    La   largeur   minimum,   libre   de   tout obstacle,   prévue   par   les   textes,   est   de   1,40   mètre.   C’est   un   minimum.   Les   tronçons   très   utilisés comme    les    abords    de    la    gare,    des    établissements    scolaires    et    les    rues    commerçantes    comme l’avenue de la République, doivent disposer de trottoirs beaucoup plus larges. Les   PMR   (Personnes   à   Mobilité   Réduite)   qui   englobent   les   personnes   handicapées   en   fauteuil   mais aussi   les   familles   avec   poussette   et   les   personnes   avec   chariot   à   provision   ou   roulant   une   valise   (en ce   sens,   40%   de   la   population   est   un   jour   ou   l’autre   «   PMR   »)   devraient   pouvoir   se   croiser   sans descendre sur la chaussée. C’est pourtant ce qui se produit aujourd’hui dans de nombreuses rues. En   ce   qui   concerne   les   cyclistes,   il   existe   quelques   tronçons   de   pistes   cyclables   entrecoupés   de tronçons à haut risque ou, au minimum, inconfortables. Cette   situation   se   traduit   malheureusement   dans   les   statistiques   des   accidents   mortels   en   Essonne, document édité par la Préfecture. En ne considérant que les circulations douces : En    2017,    année    la    plus    terrible,    sur    3    cyclistes    tués    dans    tout    le    département,    2    l’ont    été    à Montgeron. En         2018,   un   piéton   tué   à   Montgeron   sur   6   dans   toute   l’Essonne,   ainsi   que   le   relate   un   article   du Parisien    du 17 août 2018. En   2019   ,   2020      et   2021   ,   aucun   mort   à   déplorer   à   Montgeron   mais,   en   2020,   11   piétons   et   1   EDP   Yerres).   En   2021,   une   cycliste   a   été   tuée   par   un   camion   benne   rue   de   la   Longueraie   à   Vigneux-sur- Seine,         à   la   limite   de   Montgeron   le   lundi   29   novembre   2021   en   se   rendant   sur   son   lieu   de   travail   à Villeneuve-Saint-Georges. Les   statistiques   antérieures   n’ont   pu   être   retrouvées,   la   préfecture   ne   gardant   sur   son   site   que   les   2        dernières années. CE QU’II FAUT FAIRE Il   faut   que   soit   inscrit   dans   les   documents   d’urbanisme,   le   tracé   des   voies   piétonnes   et   cyclistes permettant   d’accéder,   confortablement   et   en   sécurité,   à   tous   les   équipements   publics   et   de   loisirs,   à la   gare,   à   la   Poste,   aux   services   municipaux,   aux   écoles,   à   la   piscine,   aux   terrains   de   sport,   aux berges   de   l’Yerres,   à   la   forêt,   etc.,   étant   entendu   que   ces   voies   seront   réalisées   au   fur   et   à   mesure des disponibilités financières et des opportunités foncières. C’est donc un projet à très long terme. Ceci   afin   que   le   service   de   l’urbanisme,   quand   il   instruit   une   demande   de   permis   de   construire, puisse déterminer si le projet de construction n’entrave pas la réalisation future de ces réseaux. POSITION DE LA JUSTICE ADMINISTRATIVE Un   recours   contentieux   a   été   formé   contre   le   PLU   2013,   puis   un   second   contre   le   PLU   2016,   au   motif qu’ils   ne   déclinent   pas   les   orientations   du   PDUIF   en   vigueur   au   moment   de   leur   élaboration   en   ce   qui concerne   le   développement   des   modes   de   déplacement   alternatifs   à   la   voiture   et   en   ce   qui   concerne   le pôle   multimodal.   Ces   recours   sont   exposés   et   analysés   dans   la   page   «Recours   contre   le   PLU   2013»   et dans la page «Recours contre le PLU 2016». Après   l’échec   du   premier   recours,   deux   avocats   consultés   ont   estimé   raisonnables   les   chances   de   succès d’un   appel   de   ce   jugement   ainsi   que   les   chances   de   succès   d’un   recours   contentieux   en   1ère   instance contre le nouveau PLU (révision du premier PLU) et dont le projet avait été arrêté le 10 décembre 2015. Considérant   le   coût   d’un   recours   devant   la   Cour   d’appel   administrative   (CA)   et   considérant   le   fait   que   le PLU    2013    allait    être    remplacé    par    le    PLU    2016,    seul    un    recours    contentieux    a    été    formé    par l’intermédiaire   d’un   avocat   le   28   décembre   2016   contre   le   PLU   révisé   approuvé   le   3   novembre   2016.   Il   a été rejeté par jugement du 16 juillet 2018 du TA de Versailles. Avec   le   recul,   il   aurait   été   plus   judicieux   mais   plus   coûteux   de   poursuivre   la   procédure   contre   le   PLU 2013    devant    la    CA    et    éventuellement    devant    le    Conseil    d’Etat    (CE)    car    selon    la    définition    de    la compatibilité   par   le   Conseil   d’Etat   dans   son   avis   de   5   mars   1991   (n°   349   324),   aucun   des   2   PLU   n’est compatible avec le PDUIF. En   effet,   un   arrêt   favorable   de   la   CA   ou   du   CE   aurait   donné   plus   de   force   à   un   recours   contre   le   PLU 2016. Dans   les   2   jugements,   on   peut   soupçonner   une   intention   du   Rapporteur   public   (RP)   de   décourager   ce type de recours, en proposant au juge une condamnation du requérant à verser à la commune : Premier recours : 400 €, la Ville demandait 1.500 €, Second recours : 1.500 €, la Ville demandait 4.000 € alors   que   la   demande   était   d’intérêt   général   en   demandant   l’application   de   documents   qui   s’imposent au PLU. Mais,   ces   propositions   du   RP   n’ont   pas   été   retenues   et   les   demandes   de   la   Ville   ont   été   rejetées   par   le juge. Remarques générales 1-   Les   arguments   de   la   Ville   sont   souvent   repris   par   le   RP   et   par   le   juge.   Tous   les   arguments   du requérant sont contestés. Aucun de la Ville ne l’est. 2-   Concernant   le   second   recours,   sur   le   plan   strictement   juridique,   aucune   des   orientations   du   PDUIF 2014    mises    en    exergue    ne    sont    des    prescriptions.    Si    une    au    moins    l’avait    été,    l’issue    aurait    été différente. 3-   Les   juges   de   Versailles   ne   sont   donc   pas   prêts   à   annuler   un   PLU   pour   les   motifs   invoqués,   mais   ne veulent pas sanctionner financièrement les requérants.  
· · · · · · · · · · · · · · ·